Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Flux d'informations

Flux gérant le texte:




Anniversaires

  • Screamin' Jay Hawkins (1929)
  • Papa Dee Allen (1931)
  • Brian Auger (1939)
  • Martha Reeves (1941)
  • Lonnie Mack (1941)
  • Robin McDonald (1943)
  • Danny McCulloch (1945)
  • Tim Lynch (1946)
  • Phil Harris (1948)
  • Wally Bryson (1949)
  • Cesar Zuiderwijk (1950)
  • Richard Branson (1950)
  • Glenn Hughes (1950)
  • Terry Chambers (1955)
  • Nigel Twist (1958)
  • Jack Irons (1962)
  • †Bobby Fuller (1966)
  • †Christa Paffgen (Nico) (1988)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6830 membres.
- En ligne, nous sommes 184 lecteurs, dont 1 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
111 982 432
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


MICK'S JAGUAR - Fame and Fortune
/ paru le 07-07-2018 /

Dès le nom du groupe, on a compris que ces gens sont de fins plaisantins. Mick's Jaguar, et pourquoi Kiss Richard ou John The Nun? Mais les sarcasmes s'arrêtent dès qu'on a lancé la lecture du disque, quand on s'aperçoit que ces New-Yorkais ont quelques piles électriques planquée dans les Santiags. Leur gros rock basique et fier-à-bras a été comparé aux amours interdites entre Thin Lizzy et les Sex Pistols ou au choc frontal entre Lynyrd Skynyrd et Iron Maiden. J'y verrais aussi personnellement un petit dosage entre Rose Tattoo et les Runaways, si on veut donner dans l'esthétisme ouvrier.

Bref, on ne va pas y aller par quatre chemins, Mick's Jaguar, c'est du rock 'n' roll pur jus avec ce petit côté branleur et ce goût prononcé pour la grosse artillerie des guitares et des rythmiques qui flambent. Les gusses ne sont pas là pour se prendre la tête en tentant d'élaborer le nouveau électro-synthétique du 21e siècle, ils se sont contentés de récupérer quelques vieux amplis Orange, des Gibson SG qui traînaient dans le grenier de Blue Öyster Cult, deux ou trois caisses de Budweiser frelatée et hardi petit, c'est parti pour un tour de grand huit dans le manège infernal du rock 'n' roll.

Oublions donc la finesse et la délicate recherche de l'originalité et laissons-nous estourbir les tympans à coups de "The real boss", "Pay to play", "Where we go", le carré "Blood on the snow" ou le binaire musclé de "Hellride". Chaque titre donne envie d'entrer dans le bar en poussant la porte d'un coup de botte, de commander une bouteille de Jack au comptoir en branchant les ploucs qui jouent au billard juste à côté, en espérant provoquer une bagarre générale afin de finir la nuit au poste et de devenir pote avec les clodos embarqués pour vagabondage ou les péripatéticiennes en garde-à-vue.

Certains morceaux parlent d'eux-mêmes, comme "Damnation" et son subtil mélange AC/DC – James Gang – Ted Nugent, "Country & punk" et ses riffs branchés sur triphasé ou "New Orleans blues" qui finit l'album dans les vapeurs épaisses de la brume s'élevant au-dessus du Mississippi. C'est le morceau un peu plus calme qui permet de se remettre de cette chevauchée électrique couillue et extrêmement sympathique.

François Becquart
Pays: US
RidingEasy Records
Sortie: 2018/06/22


Lu: 200
Partager sur :
Dynatop
• Plus haute place atteinte: 98
• Semaines de présence au Top 30: 0
Lien connexe

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer


AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2018 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2018 by Music in Belgium