Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Flux d'informations

Flux gérant le texte:




Anniversaires

  • Screamin' Jay Hawkins (1929)
  • Papa Dee Allen (1931)
  • Brian Auger (1939)
  • Martha Reeves (1941)
  • Lonnie Mack (1941)
  • Robin McDonald (1943)
  • Danny McCulloch (1945)
  • Tim Lynch (1946)
  • Phil Harris (1948)
  • Wally Bryson (1949)
  • Cesar Zuiderwijk (1950)
  • Richard Branson (1950)
  • Glenn Hughes (1950)
  • Terry Chambers (1955)
  • Nigel Twist (1958)
  • Jack Irons (1962)
  • †Bobby Fuller (1966)
  • †Christa Paffgen (Nico) (1988)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6830 membres.
- En ligne, nous sommes 158 lecteurs, dont 0 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
111 983 069
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


LOOKER, Charlie - Simple answers
/ paru le 29-06-2018 /

Où l'on reparle de Charlie Looker, pour la plus grande joie des amateurs de musique contemporaine, expérimentale, avant-folk ou post-psychédélique, ou tout ce qu'on veut dans le genre audacieux et quelque peu abscons. Charlie Looker est un musicien new-yorkais, assez respecté dans certains milieux médiatiques locaux et qui a été classé par l'organisation NPR (National Public Radio) parmi les cent meilleurs compositeurs de moins de 40 ans en 2011.

Charlie Looker mérite effectivement cette estime, tant son travail est riche et varié. Il avait monté en 2007 le fabuleux groupe Extra Life, auteur notamment de l'excellent "Dream seeds", paru en 2012, soit un an avant la dissolution du groupe. Mais si Charlie Looker a dissous ce combo, c'est qu'il avait d'autres projets en tête. On le retrouve dans le groupe expérimental post-rock Zs, et aussi chez les Dirty Projectors. Mais il n'y a pas que le rock dans la vie de Charlie Looker, il y a aussi la musique inspirée de la Renaissance, qu'il pratique dans des formations comme Seaven Teares. Il y aussi l'improvisation jazz, jouée avec Period, un groupe qui voit revenir régulièrement des gens comme Darius Jones, Chuck Bettis ou Mike Pride. Il y a encore le post-indus, dont les instincts sont assumés dans Psalm Zero, dont le premier album en 2014 a été encensé par la critique.

Et il y a enfin une carrière solo, où Charlie Looker place toute l'inspiration qu'il n'a pas pu caser dans ses autres projets. "Simple answers" est le premier véritable album solo de Charlie Looker, qui avait participé aux projets "Vespers and other early works" (2002) ou "Folio and four systems" (2006), qui étaient des collaborations avec des sommités du free jazz et de l'avant-garde comme Alvin Lucier ou Earle Brown. Comme son nom ne l'indique pas, "Simple answers" n'a rien de simple et il ne faut pas se fier à sa pochette quelque peu grossière qui aurait pu annoncer un disque de heavy metal de plus.

On est ici dans des pièces assez longues, poussant parfois jusqu'à neuf ou dix minutes, où la voix claire et lumineuse de Charlie Looker est mise en valeur par une riche instrumentation à base de cuivres, violons et rythmique élaborée. Notre version CD annonce curieusement quatre faces, qui se réfèrent en fait à la version LP du disque. Il y a en tout huit morceaux, captivants avec leurs collages sonores, leurs envolées lyriques ("Fascist moments") ou leurs atmosphères lunaires ("Black sun"). Un instrumental entièrement sous la coupe de violons maniérés vient nous jeter un vent d'hiver en pleine face ("Speaks until death comes") et Charlie Looker ne résiste pas à la tentation du chant baroque quasiment saint-sulpicien sur "What dawn is this? (Return)", pendant final à l'ambitieux "What dawn is this? (Overture)" qui démarrait l'album. On termine toujours dans la grandeur avec un "Puppet" qui met en valeur la voix d'ange de bronze de Charlie Looker, associée à une accumulation d'instruments dissipés qui n'aurait pas déplu à un Frank Zappa, par exemple. Ce morceau pourrait faire ressembler à du Depeche Mode qui aurait enfin réussi à devenir intéressant.

Donc, dans l'optique de continuer à ouvrir nos horizons musicaux, gardons à l'esprit le nom de Charlie Looker car il se pourrait fort bien que ce Monsieur continue à nous faire découvrir de multiples facettes de son univers musical très imaginatif.

François Becquart
Pays: US
Last Things Records
Sortie: 2018/06/15


Lu: 186
Partager sur :
Dynatop
• Plus haute place atteinte: 104
• Semaines de présence au Top 30: 0
Lien connexe

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer


AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2018 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2018 by Music in Belgium