Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Flux d'informations

Flux gérant le texte:


Agenda

Aujourd'hui 25-09-2018
› DEAFHEAVEN + INTER ARMA + SONS OF A WANTED MAN (Borgerhout)
› PRO-PAIN (Vosselaar)
› MARBLE SOUNDS + MOONBOAT (Gent)
› SUN JUNE (Bruxelles)

Les 7 prochains jours:
26-09 THEY MIGHT BE GIANTS (Antwerpen)
26-09 SON LUX + SK KAKRABA (Borgerhout)
26-09 SEXTILE + PUBLIC PSYCHE (Borgerhout)
26-09 TRISTAN (Bruxelles)
26-09 STONED JESUS + MOTHERSHIP + ELEPHANT TREE (Bruxelles)
26-09 WINTERFYLLETH (Sint-Niklaas)
26-09 YO NO SE + CHICKEN LEG (Gent)
26-09 MARBLE SOUNDS + MOONBOAT (Bruxelles)
27-09 EMPYRIUM + HELRUNAR + SUN OF THE SLEEPLESS (Sint-Niklaas)
27-09 COLDSORE (Borgerhout)
27-09 TINY MOVING PARTS + HAPPY ACCIDENTS (Borgerhout)
27-09 YEW + ATOME (Liège)
27-09 BLACK MIRRORS (Bruxelles)
27-09 José GONZALEZ and The STRING THEORY + BARBAROSSA (Hasselt)
27-09 THE TALLEST MAN ON EARTH (Antwerpen)
28-09 CAUSA DE MUERTE (Gent)
28-09 The DERELLAS + FIXATOR (Liège)
28-09 The ADICTS + DEMENTED SCUMCATS + CRIM (Sint-Niklaas)
28-09 Moses SUMNEY (Bruxelles)
28-09 BAD SOUNDS (Bruxelles) **ANNULÉ**
28-09 Al DOUM and The FARYDS + NAH (Liège)
29-09 BLACKUP + The SPECTORS + HYPER! + BOBBY C (Gent)
29-09 SAINT-JAZZ FESTIVAL (Bruxelles)
29-09 Mylène L. CHAMBLAIN (Liège)
29-09 WHY THE EYE? + LE PRINCE HARRY + The GLUCKS + BODA BODA + BABY FIRE (Bruxelles)
29-09 MITSKI + EERA (Borgerhout)
29-09 PASSENGER + Lucy ROSE (Borgerhout)
29-09 NO COMPROMISE METAL FEST VI (Chapelle-Lez-Herlaimont)
29-09 Mikaela DAVIS (Bruxelles)
29-09 MADENSUYU + BABYLON TRIO (Bruxelles)
30-09 Jess WILLIAMSON (Gent)
30-09 OKKERVIL RIVER (Bruxelles)
30-09 SKOV (Gent)
30-09 PALAYE ROYALE + The HAUNT (Bruxelles)
30-09 ENSEMBLE 0 (Bruxelles)
30-09 SUEDE + GWENNO (Bruxelles)
01-10 ANATOMIA + CRYPTIC BROOD + HEAD OF THE BAPTIST (Bruxelles)
01-10 MELVINS (Leuven)
02-10 KING DUDE + Kaelan MIKLA (Sint-Niklass)
02-10 Miles KANE + JUNIORE (Bruxelles)
02-10 AGAINST THE CURRENT + The FAIM (Borgerhout)

Mois en cours:
Septembre 2018
 
LuMaMeJeVeSaDi
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930


Anniversaires

  • Glenn Gould (1932)
  • Joseph Russell (1939)
  • John Locke (1943)
  • Gary Alexander (1943)
  • Onnie McIntyre (1945)
  • John Fiddler (1947)
  • Steve Severin (1955)
  • †John Bonham (1980)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6830 membres.
- En ligne, nous sommes 202 lecteurs, dont 0 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
113 627 711
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


YOUNG, Neil + PROMISE OF THE REAL - The visitor
/ paru le 16-01-2018 /

Je ne sais pas ce qu'ils ont tous contre le nouvel album de Neil Young mais il semble que le Loner, avec sa dernière livraison "The visitor", a déchaîné une avalanche de critiques négatives ou à tout le moins dubitatives. Pourquoi un tel déchaînement contre un album que je considère comme bon alors que tout le monde fait des courbettes devant des purges immondes comme Lady Gaga, Beyoncé ou Rihanna? Parce que Neil Young est désormais un sénior blanchi sous le harnais et qu'il n'est plus capable de révolutionner la planète avec une seule chanson? Parce qu'il a tendance à toujours ressortir ses vieux trucs de compositions et ainsi à se répéter?

Je dis halte au feu et je propose à tous les critiques et autres internautes autoproclamés arbitres des élégances de faire un petit peu le point sur "The visitor" en oubliant les passions futiles et en mettant sur la tables les éléments de fait (et musicaux) qui sont à décharge et à charge de ce disque.

Certes, nous avons ici un homme d'âge vénérable qui arrive au soir de sa vie et qui va bien sûr ressasser ses vieilles inspirations pour faire de la musique. Mais cette tendance à la redite ne serait pas plutôt ce qu'on appelle le style? Vous voyez Neil Young faire une fois un album de folk bouseux et politicien et l'année d'après se taper un disque de pop électro pour dance-floors? Euh, oui, il l'a fait avec "Trans" en 1983. Mais à l'époque, il était encore jeune et pas encore figé dans sa maturité musicale. Aujourd'hui, plus question pour le vieux Young d'être aussi erratique dans ses choix. Et puis, il y a le feu au lac, la planète se consume et les seuls qui ont encore la volonté d'élever la voix contre la folie contemporaine sont les vieux qui faisaient le coup de pavé contre les flics en 68. Donc, Neil Young n'a plus d'autre choix que de faire du folk politique parce que ce ne sont pas les Dropkicks Murphys ou Coldplay qui vont le faire.

De l'autre côté, on a dit à propos de "The visitor" que les messages politiques anti-Trump ("Already great", "Stand tall") seraient simplistes et incapables de retourner les aspirants révolutionnaires pour les pousser à se précipiter en masse dans la rue pour renverser les pouvoirs en place. Dites, les amis, si une chanson rock avait ce pouvoir, il y a longtemps que le monde serait débarrassé des politiciens corrompus, de la férule des financiers, des démocrates poussifs et des dictateurs nucléaires. Mais ni "We shall overcome", ni "Street fightning man", ni "All you need is love" ou autre "Killing in the name" n'ont jamais renversé un régime, simplement parce qu'après avoir écouté ces chansons, les consommateurs dociles ouvrent la télé pour regarder le match de foot ou vont jouer au loto. Donc, reprocher à Neil Young d'être incapable de faire des miracles avec de simples chansons est un mauvais procès.

Il vaut mieux rester réaliste et écouter simplement la musique de cet album, qui propose quand même des choses agréables et réconfortantes. Les titres sont variés, entre rock lourd ("Already great", "Stand tall"), ballades pas ennuyeuses ("Almost always", "Change of heart"), refrains immédiatement mémorisés ("Carnival"), blues de champs de coton ("Digging a hole"), hymnes à la dignité humaine et planétaire ("Children of destiny") ou folk philosophique (le final "Forever", de plus de dix minutes). Neil Young se réserve encore le droit à certains délires, comme l'emphase afro-cubaine de "Carnival", les arrangements cuivrés, violoneux et grandiloquents de "Children of destiny", les expérimentations rap et bluesy de "When bad got good" ou le simplisme des paroles de "Digging a hole". Mais après tout, c'est son droit, il a quand même cinquante ans de carrière sous les bottes et ceux qui veulent faire mieux n'ont qu'à faire des albums suffisamment géniaux pour bouleverser la Terre entière.

Certes, ce n'est pas l'album le plus fondamental de la discographie de Neil Young mais ce n'est pas non plus le truc horrible que certains se plaisent à dénoncer. Certes, le groupe Promise Of The Real, qui avait déjà navigué sur les eaux du Neil dans "The Monsanto years" est un peu timoré et ne cherche pas à stimuler le vieux maître vers de nouvelles limites. Mais que peut un gang de jeunots devant une légende sacrée comme Neil Young? Certes, musicalement, les choses sont connues (c'est du Neil Young) mais le ressenti après écoute reste quand même très positif. Ne tirons donc pas sur la cabane du vieux sage au nom d'un jeunisme exaspérant car il ne faut pas oublier que ce sont les vieux qui détiennent le savoir et l'expérience. Réjouissons-nous plutôt que ce sont les cacochymes qui tentent encore un peu d'insuffler aux générations nouvelles un semblant de pensée indépendante. Parce qu'après eux, l'avenir n'est pas si évident que ça.

François Becquart
Pays: US
Reprise Records
Sortie: 2017/12/01


Lu: 599
Partager sur :
Dynatop
• Plus haute place atteinte: 57
• Semaines de présence au Top 30: 0
Autre(s) chronique(s)
Lien connexe
Article(s) connexe(s)

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer


AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2018 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2018 by Music in Belgium