Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Flux d'informations

Flux gérant le texte:




Anniversaires

  • Karl Denver (1934)
  • Tony Hicks (1945)
  • Benny Andersson (1946)
  • Billy Gibbons (1949)
  • Steven Irvine (1959)
  • †Nicolette Larson (1997)
  • †Dan Fogelberg (2007)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6812 membres.
- En ligne, nous sommes 158 lecteurs, dont 0 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
106 404 682
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


NESSERIA - Cette Érosion De Nous-mêmes
/ paru le 22-11-2017 /

Nesseria a beaucoup changé... Enfin, c'est ce que l'on nous dit. Mais nous n'en savons rien dans le fond, puisque nous n'avons pas eu le douloureux plaisir de poser l'oreille sur "Nesseria" (2010) et "Fractures" (2014). Si nous avons bien compris la bio, les deux premiers albums du gang orléanais empruntaient le sentier très encombré qui va du Hardcore au Metal. Mais ces temps sont révolus, puisqu'avec "Cette Érosion De Nous-mêmes", la nouvelle plaque sortie début octobre, Nesseria s'aventure sur les territoires mélancolico-brutalo-abrasifs du Post Hardcore, du Screamo et du Shoegaze.

Mesurée au sonomètre, la différence ne doit pas être franchement flagrante. Car même 'érodé', lugubre et déprimé au point de jouer sa musique en fixant ses pompes, Nesseria est encore capable de filer des cauchemars au plus averti des ORL. La faute en revient sans doute en grande partie à Dez, le nouveau frontman/hurleur du groupe qui, avec un certain art, il faut bien l'admettre, nous déchire les tympans tout en mettant à mal ses propres cordes vocales.

"Cette Érosion De Nous-mêmes" est un disque intense aux atmosphères changeantes. Le chant, hystérique, souvent proche de la rupture, semble être la seule constante de cette musique à géométrie variable, au sein de laquelle se côtoient les accès de rage, les cris de désespoir et les atmosphères amères. Toujours noires, les compositions sont parfois étrangement 'dansables' ("Les Ruines"), douloureusement acoustiques ("À L'Usure"), ou brutalement destructrices ("Forteresse").

Nesseria à beaucoup changé... Tant mieux ! Car ce qu'il propose aujourd'hui nous semble bien plus intéressant qu'un banal mélange de Hardcore et de Metal.

Douloureusement beau.

L’album (38'22) :

  1. On Prendra L'Habitude (3'00)
  2. La Chasse Aux Écureuils (4'13)
  3. Les Ruines (4'01)
  4. A L'Usure (3'09)
  5. St-Petersburg (6'35)
  6. Forteresse (3'27)
  7. Pris À La Gorge (4'08)
  8. Dans L'Ombre Et Sans Visage (5'06)
  9. Cette Érosion De Nous-mêmes (4'40)

Le groupe :
  • Dez : Chant
  • Jérôme : Guitares
  • Greg : Batterie
  • Ben : Guitares
  • Benjamen : Basse

Michel Serry
Pays: FR
Deadlight Entertainment / Promo Dooweet
Sortie: 2017/10/06


Lu: 252
Partager sur :
Dynatop
• Plus haute place atteinte: 117
• Semaines de présence au Top 30: 0
Lien connexe
Article(s) connexe(s)

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer


AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2017 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2017 by Music in Belgium