Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
SMG Music Fest 2018
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Flux d'informations

Flux gérant le texte:




Anniversaires

  • Eddie Kirkland (1923)
  • Mal Waldron (1926)
  • †Robert Johnson (1938)
  • Sean Bonniwell (1940)
  • Kevin Ayers (1945)
  • Gary Loizzo (1945)
  • Gordon Fleet (1946)
  • Barry Hay (1948)
  • Scott Asheton (1949)
  • Joey Spampinato (1950)
  • James "J.T." Taylor (1953)
  • Tim Farriss (1957)
  • Madonna (1958)
  • Belinda Carlisle (1958)
  • †Elvis Presley (1977)
  • †Ronnie Drew (2008)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6830 membres.
- En ligne, nous sommes 193 lecteurs, dont 0 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
112 551 437
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


NERVENBEISSER - Zeitenwandel
/ paru le 17-11-2017 /

La chronique de cet album de Nervenbeisser va être l'occasion de faire un petit rappel sur ce qu'est la Neue Deutsche Härte. Ce style, dont le nom signifie littéralement "nouvelle dureté allemande" est un mélange de métal alternatif, musique électronique, hardcore et rock industriel. Autrement dit, c'est ce bon vieux gros boucan dont sont familiers nos amis d'outre-Rhin, depuis que les Allemands ont troqué leurs canons antiaériens et leurs chars lourds contre des guitares et des batteries, pour faire de la musique plutôt que la guerre.

Bien sûr, quand on parle de Neue Deutsche Härte, on pense immédiatement à l'inévitable Rammstein, le plus populaire et le plus mondial de ces groupes qui font de la musique pour hauts-fourneaux. Il y a aussi Oomph!, antérieur à Rammstein puisqu'il se forme en 1989, alors que Rammstein voit le jour en 1994. Mentionnons aussi d'autres petits maîtres du genre, comme Stahlhammer, Samsas Traum, Schweisser, Stahlmann ou Megaherz.

Et tout en bas de la hiérarchie de ces groupes martiaux se tiennent de petits groupes qui évoluent modestement dans l'ombre de ces titans d'acier. Nervenbeisser est un de ceux-là, avec une existence déjà longue (2001) mais juste deux albums au compteur, à savoir l'imprononçable "Geschlechterschlacht" (2004) et ce nouveau "Zeitenwandel" qui sort donc treize ans après son prédécesseur.

Et à l'écoute de ce nouvel album signé Olaf Seider (chant et programmation), Walter Stobbe (guitare, basse et programmation) et Chris Löffel (batterie), on comprend que Nervenbeisser se maintienne simplement dans les couches basses du genre, sans espoir de promotion. Car ce qui ressort de cet album n'est ni plus ni moins que du sous-Rammstein, impeccablement copié-collé mais dépourvu de toute imagination personnelle quand il s'agit de rajouter une petite plus-value à l'influence Rammstein. Si, peut-être, on peut distinguer Nervenbeisser de Rammstein par un son plus aigrelet, une production moins ample et une orientation davantage industrielle que métallique.

Après une longue introduction quelque peu fastidieuse censée nous placer dans un conditionnement genre film d'horreur de science-fiction ("Tagesablauf"), on retombe vite sur terre avec un "Verkehrte Welt" qui révèle vite ses limites, entre refrains martiaux déjà mille fois entendus, solos de guitare incongrus et sonorité peu virile. Ce n'est que vers le milieu de l'album que le groupe se veut légèrement plus convaincant, avec des morceaux comme "Zeitenwandel", "Goldener käfig" ou "Du gehst", dont la continuité cohérente est ruinée par un "Glücklich allein" effroyablement mal chanté.

Pour le reste, l'ombre de Rammstein est tellement imposante qu'elle couvre tout, sauf la production qui reste quelque peu famélique. Quitte à faire du Rammstein, autant reprendre le son énorme et les guitares surpuissantes qui ont fait la réputation de ce groupe. Ici, on n'a même pas ça et c'est assez dommage.

François Becquart
Pays: DE
Echo Zone
Sortie: 2017/10/27


Lu: 417
Partager sur :
Dynatop
• Plus haute place atteinte: 177
• Semaines de présence au Top 30: 0
Lien connexe

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer


AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2018 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2018 by Music in Belgium