Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
Dour Festival
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Flux d'informations

Flux gérant le texte:




Anniversaires

  • Kris Kristofferson (1936)
  • Peter Asher (1944)
  • Howard Kaylan (1947)
  • Todd Rundgren (1948)
  • Gary Moffat (1949)
  • Alan Osmond (1949)
  • Cyndi Lauper (1953)
  • Derek Forbes (1956)
  • Green Gartside (1956)
  • Garry Beers (1957)
  • Alan Anton (1959)
  • Jimmy Somerville (1961)
  • Stephen Vaughan (1962)
  • Ruby Turner (1962)
  • Bobby Gillespie (1964)
  • Tom Cunningham (1965)
  • †Frances Gumm (1969)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6830 membres.
- En ligne, nous sommes 146 lecteurs, dont 0 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
111 524 191
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


HOOVERPHONIC - The President of the LSD Golf Club
/ paru le 03-12-2007 /

Hooverphonic tourne le dos à dix années d’existence. Contrairement à « Sit Down and Listen to Hooverphonic » (2003) et « No More Sweet Music » (2005), les albums qui ont fait l’objet d’une chronique, cet album se passe presque complètement d’électronique pour se réfugier dans le style psychédélique des années soixante avec des méthodes et des instruments d’époque.

Ce postulat de départ engendre des contraintes et le groupe a dû travailler autrement. Le résultat est un album intimiste enregistré comme un concert, avec de vrais musiciens qui jouent en même temps plutôt que des samples pris à gauche et à droite et programmés par ordinateur. Seule la voix a été ajoutée après. Moins souvent mise en évidence, elle se fond plus que d’habitude dans l’ensemble. De plus, les titres qui auraient pu figurer au hit parade ont été retirés de l’album pour qu’il soit plus homogène.

On met donc un peu plus de temps que d’habitude pour l’aimer mais il se glisse adroitement dans le subconscient sans que l’on s’en aperçoive. « Stranger », hypnotique, démarre un peu lourdement avec la répétition de la même phrase musicale mais lorsque ça débouche sur une mélodie attrayante, on s’aperçoit de la richesse de la musique et on voit le morceau autrement.

Les curiosités de « 50 Watt » résident dans la présence de la voix de Alex Callier et dans l’utilisation d’un piano préparé. Pour une fois, la voix de Geike Arnaert est plus grave, aussi. Pour le reste, on retrouve le même sens de la mélodie que d’habitude. « Expedition Impossible » comprend un orgue Farfisa qui rappelle les Doors, avec en prime la voix accrocheuse. On ne risque pas de l’oublier.

On retrouve le piano préparé sur « Circles », un morceau qui démarre lentement et se déroule tranquille mais avec un fond de tristesse et de désenchantement. On retrouve ainsi le Hooverphonic des premiers albums mais sans le concours de l’électronique. Avec le mellotron en vedette, « Gentle Storm » reprend le thème de « 50 Watt » pour le triturer et l’enrichir, toujours avec l’émotion que dégage la voix. C’est le clavecin qui introduit « The Eclipse Song ». C’est un instrument assez peu utilisé qui prend toute son ampleur sur ce titre mélodieux à souhait.

« Billie » est aussi un titre qui met bien en évidence le travail vocal de Geike Arnaert, tantôt doux, tantôt plus volontaire mais toujours empreint d’émotion contenue qui empêche de tomber dans la mièvrerie. « Black Marble Tiles » est un morceau plus sombre qui comporte aussi un très beau passage au mellotron et permet à la voix de s’exprimer avec son talent habituel.

« Strictly Out Of Phase » est aussi un morceau qui comporte un passage au mellotron mais qui contient comme une menace latente. C’est presque trop tranquille pour être vrai. « Bohemian Laughter » contient les mêmes ingrédients menaçants sur une mélodie en apparence tranquille. La voix devient bizarre et le climat du morceau n’augure rien de bon. Soudain, la voix devient plus agressive, comme sous influence, et le ton se durcit, pour retomber ensuite vers la fin.

Cet album, produit par Mike Butcher, enregistré en 11 jours dans les Ardennes dans les studios de La Chapelle, est très réussi. Il déroutera sans doute les fans mais plus on l’écoute, plus il plaît. Le groupe sera à l’Ancienne Belgique les 12 et 13 décembre 2007.

MM
Pays: BE
PiaS Tracks 103
Sortie: 2007/10/05


Lu: 4579
Partager sur :
Dynatop
• Plus haute place atteinte: 10
• Semaines de présence au Top 30: 6
Autre(s) chronique(s)
Lien connexe
Prochain(s) concert(s)
Article(s) connexe(s)

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer


AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2018 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2018 by Music in Belgium