Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Flux d'informations

Flux gérant le texte:




Anniversaires

  • Screamin' Jay Hawkins (1929)
  • Papa Dee Allen (1931)
  • Brian Auger (1939)
  • Martha Reeves (1941)
  • Lonnie Mack (1941)
  • Robin McDonald (1943)
  • Danny McCulloch (1945)
  • Tim Lynch (1946)
  • Phil Harris (1948)
  • Wally Bryson (1949)
  • Cesar Zuiderwijk (1950)
  • Richard Branson (1950)
  • Glenn Hughes (1950)
  • Terry Chambers (1955)
  • Nigel Twist (1958)
  • Jack Irons (1962)
  • †Bobby Fuller (1966)
  • †Christa Paffgen (Nico) (1988)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6830 membres.
- En ligne, nous sommes 159 lecteurs, dont 0 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
111 983 064
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


HURT - Vol. 1
/ paru le 30-09-2006 /

A la base de Hurt, il y a J. Loren, un guitariste et chanteur âgé de 24 ans, né au fin fond de la Virginie, qui est parti s'installer à Los Angeles. Là, il rencontre le batteur Evan Johns qui a le même âge que lui. Les deux compères ont pourtant grandi dans des environnements bien différents. Loren a été imbibé de musique classique et de gospel. Quant à Johns qui a grandi à Hollywood, son environnement a toujours été rock. Il est le fils de Andy Johns bien connu pour avoir produit Led Zeppelin, les Rolling Stones, Joni Mitchell, Rod Stewart, Free, Televison, Van Halen et bien d'autres. Il a pour oncle un certain Glyn Johns (Who, Rolling Stones, Kinks, Eagles, Eric Clapton, Faces) et un cousin nommé Ethan Johns (Emmylou Harris, Ryan Adams, Kings Of Leon, Rufus Wainwright). Quelle famille ! La paire Loren/Johns s'entendant à merveille, ils dénichent le bassiste Joshua Ansley et le guitariste Paul Spatola. Hurt est né.

Si chez ses parents J. Loren n'avait pas droit au rock (ça existe encore des parents aussi rétrogrades?), il ne lui a pas fallu très longtemps pour découvrir Pearl Jam. Cela pour dire que ça se ressent dans son chant. Il allie douceur et rage à la façon de son groupe favori sur "Shallow" et "Falls Apart". Autre influence marquante du groupe, Tool. Le travail des ambiances et la rage qui se dégage de certains chants le prouvent comme sur le single "Rapture".

Un des morceaux forts de cet opus est sans aucun doute "Overdose". Il prend son envol petit à petit. Le chant s'y impose tant en douceur qu'en violence. Les arrangements sont fouillés même dans les passages calmes. Le titre est explosif et on s'en régale d'un bout à l'autre. Loren joue aussi du violon. Il en use sur le mystérieux "Losing" ce qui accentue encore le côté sombre de son ambiance. C'est aussi un moment fort de l'album avec sa grande diversité tant vocale que musicale.

Autre titre très puissant et fameusement charpenté, c'est "House Carpenter" qui termine l'opus de façon grandiose. Une fois encore Loren use de son violon au sein d'une ambiance très prenante de bout en bout. Les mélodies tant de la guitare que du chant sont irrésistibles et les frissons vous gagneront durant toute la progression du morceau.

Ce premier opus de Hurt devrait plaire aux amateurs de Pearl Jam et de Tool. A découvrir absolument !

JPL
Pays: US
Capitol 0946 3 57713 2 9
Sortie: 2006/09/11


Lu: 1837
Partager sur :
Dynatop
• Plus haute place atteinte: 11
• Semaines de présence au Top 30: 9
Lien connexe
Article(s) connexe(s)

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer

VOS COMMENTAIRES

Charlie
le 09/10/2006 | mon évaluation:
Si vous refusez toute anesthésie musicale, écoutez Hurt. "Overdose" est particulièrement enivrant, cette musique donne l'impression d'avoir été déconnectée dans le temps où les 6 minutes se transforment en 6 secondes. Alors replay!
Surtout n'en restez pas là, la suite est tout aussi attirante. Entre force et douceur, le rouge et le noir tout y est dilemme. Remettez-vous en question! Remettez la musique en question...
Avec "Cold inside", prenez soin de n'être dérangé sous aucun prétexte, le plaisir de cette découverte est si intimiste qu'il pourrait en gêner plus d'un. "House carpenter" offre le point final, une sorte de pièce montée partagée en fin de noce, après l'échange de fortes émotions.

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2018 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2018 by Music in Belgium