Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Flux d'informations

Flux gérant le texte:




Anniversaires

  • Screamin' Jay Hawkins (1929)
  • Papa Dee Allen (1931)
  • Brian Auger (1939)
  • Martha Reeves (1941)
  • Lonnie Mack (1941)
  • Robin McDonald (1943)
  • Danny McCulloch (1945)
  • Tim Lynch (1946)
  • Phil Harris (1948)
  • Wally Bryson (1949)
  • Cesar Zuiderwijk (1950)
  • Richard Branson (1950)
  • Glenn Hughes (1950)
  • Terry Chambers (1955)
  • Nigel Twist (1958)
  • Jack Irons (1962)
  • †Bobby Fuller (1966)
  • †Christa Paffgen (Nico) (1988)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6830 membres.
- En ligne, nous sommes 161 lecteurs, dont 0 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
111 983 054
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


VENUS - The Red Room
/ paru le 25-04-2006 /

Trois ans après l'incroyable "Vertigone", Venus revient sur le devant de la scène belge. Marc Huyghens (chant, guitare, orgue) est accompagné par Christian Schreurs (violon, guitare, orgue), Pierre Jacqmin (basse, double-basse, guitare) et Jean-Marc Butty (batterie, percussions). La production a été assurée par Head (PJ Harvey, Marianne Faithfull, Massive Attack).

"Here And Now", tout en étant très dépouillé, se montre tendu et dur. Les guitares distorsionnées impressionnent. Le rythme lancinant s'impose. Une bien belle entrée en matière. Le violon joué en picking sur "Everybody Wants To Be Loved" lui donne un cachet particulier alors que les percussions prennent une tournure envoûtante. Ce titre figure sur la bande son du film "Opening Night" de John Cassavetes dont Venus a écrit la musique. "Love And Loss" traite de la solitude. La chanson s'approche un peu plus de l'album précédent dans sa forme alors que la plupart des titres de ce nouvel opus ont délaissé l'habituelle suite couplet/refrain pour laisser éclater une créativité sans barrière. "Love And Loss" sera sans doute un hit.

"Mother's Voice" s'écoule lentement dégageant une certaine mélancolie amplifiée par les effets des guitares et par son violon lancinant et même déchirant sur la fin. Puissant et superbe! "Underwater" se veut léger et mélodique. Son côté pop et caressant traite pourtant l'histoire d'un homme qui doit toucher le fond pour mieux rebondir. "Everything That Rises Must Converge" nous envoûte. Il nous prend aux tripes. Le jeu superbe du violon nous fait frissonner. L'ambiance s'élève progressivement. C'est un des tous grands titres de l'album.

"The Red Room" joue sur les voix pour nous emmener dans cette pièce réservée à la méditation et à la création. Les guitares prennent des tons PJ Harvey. Est-ce l'influence de Head? La rythmique est bien plus marquée sur "Add Stars To The Sky". Et pourtant, on ressent toujours cette impression de confidentialité qui règne sur l'album même si le sujet nous parle des ambitions qui guident notre vie avec ses hauts et ses bas. "Who The Fuck Gave You This Invitation?" est très énergique et nous transcende tout en prenant des couleurs Placebo. Ras-le-bol de l'intolérance et des humiliations.

Le mystérieux et mélancolique "The Northern Cross" nous enveloppe de sa ballade alors que "I Spoke Too Soon" se montre très intime jouant une nouvelle fois énormément sur les vocaux. Ce n'est que vers la fin que le morceau s'électrifie et prend son envol. "Poison" nous interpelle. Le titre est fort. La musique se développe de façon hypnotique. L'ambiance est primordiale. Elle s'élève progressivement tout au long de la chanson. Le violon pleure ses cris de tristesse. On frissonne. Un signe! Un grand morceau sans aucun doute! Enfin, "Unknown" termine ce nouveau Venus de manière lancinante, le chant s'étalant de tout son long.

Notez également la belle présentation sous forme de digipack, rouge bien entendu, avec un livret agréablement et sobrement composé tel un livre contenant les paroles de tous les morceaux ainsi que quelques photos.

En résumé, alors que l'on se demandait bien si Venus allait pouvoir faire mieux qu'un "Vertigone", on peut indéniablement les féliciter car l'opération est réussie haut la main. "The Red Room" ose sortir des sentiers battus pour créer une ambiance toute particulière. Peut-être n'ont-ils pas ici un hit comme "Beautiful Days" mais ils ont une âme plus grande encore.

JPL
Pays: BE
Bang! 8345 10554 5
Sortie: 2006/03/27


Lu: 6429
Partager sur :
Dynatop
• Plus haute place atteinte: 1
• Semaines de présence au Top 30: 13
Autre(s) chronique(s)
Lien connexe
Article(s) connexe(s)

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer

VOS COMMENTAIRES

Charlie
le 01/05/2006 | mon évaluation:
Venus couleur émotions, croyez-moi vous n'allez pas être déçus.
Red room prend un tournant étonnant au niveau de la créativité mais malgré tout j'ai distingué comme une suite logique à Vertigone qui s'adresse plus aux sentiments de l'enfance ou de l'adolescence. Alors qu'adulte Red room vous projette sur les sentiers du sang, de la colère, et enfin de l'amour.
La musique est basée sur des émotions sucrées/amères. Vous passerez par toutes les étapes de reconstruction, des fondations à la charpente jusqu'au pinacle. Une thérapie en-soi ! Un album semblable à une fleur après une période de sécheresse se redressant tel un soldat, offrant ses couleurs tel étendard, son parfum tel un chemin invisible, vaporeux et enivrant.
Enfin avec Red Room, Venus, vous offre l'espoir couleur de l'essentiel, odeur d'oxygène...
duke
le 21/05/2006 | mon évaluation:
C'est beau un groupe qui arrive à se renouveller sans jamais se renier...
duke
le 01/06/2006
une erreur dans ta chronique cependant: "Everybody wants to be loved" n'est pas apparu sur la bande son de "Opening Night" de John Cassavetes (vu que le film date des années 60-70) mais en fait les paroles de la chanson sont reprises du monologue d'ouverture du film.

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2018 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2018 by Music in Belgium